Interview
Le grand pari de Vincent Bolloré

Le grand pari de Vincent Bolloré

A quelques mois de l’apparition des premières stations "Autolib" au cœur de Paris, Vincent Bolloré revient, pour vous, sur la naissance et l’avancement de son projet. Il aborde pour les sociétaires les questions les plus pratiques et concrètes concernant ce formidable pari écologique et économique, enjeu majeur au cœur de nos villes.

En haut de la tour Bolloré, c’est un homme d’affaire accessible, animé de rêves et de convictions qui nous raconte en avant-première et en exclusivité, sans tabou ni faux semblants, son projet d’avenir.

Ce projet grandeur nature aura des impacts écologiques et économiques d’envergure sur toute notre région. Le groupe Bolloré, une vraie légitimité pour relever le défi de la voiture électrique !

On connaît la renommée de Vincent Bolloré et de son groupe dans plusieurs domaines d’activité comme celui des médias ou de la publicité. Ce que l’on sait moins c’est que l’entreprise familiale Bolloré a bâti sa formidable notoriété sur la fabrication de condensateurs, un composant permettant d’accumuler de l’électricité pendant quelques secondes et de la restituer en une fraction de seconde. La famille d’origine bretonne devient alors maître dans le stockage d’électricité. Du stimulateur cardiaque au TGV, le groupe Bolloré fournit depuis près d’un demi-siècle 40% du marché mondial des condensateurs. La production pour l’essentiel est basée en Bretagne.

Vincent Bolloré : "Aujourd’hui, il y a deux groupes de renom capables de fabriquer ces fils d’une épaisseur de 30 microns. Imaginez qu’un cheveu fait 60 microns... Nous en produisons 200 mètres par minute en bande de 6 mètres de large."

La principale problématique de la voiture électrique : l’autonomie.
Une faible autonomie était le premier frein au développement de cette nouvelle façon de se déplacer. Le groupe Bolloré s’est donc concentré sur la mise au point d’une batterie qui permettrait de stocker 4 à 5 fois plus d’électricité dans un même rapport poids/volume. Grâce aux technologies acquises et maîtrisées, le groupe relève le défi et propose ainsi le projet d’une voiture électrique ayant 250 kms d’autonomie. Une vraie prouesse technique au regard des véhicules existant sur le marché, qui affichent 50 à 60 kms d’autonomie.

De la batterie à la voiture
Autour de la batterie, il s’agit ensuite de trouver un "habit de lumière" à la voiture écologique de demain. L’homme de média et de marketing maîtrise parfaitement les ficelles de l’image. Il choisit pour dessiner la future voiture électrique du groupe, Philippe Guédon, ex-adjoint de Jean-Luc Lagardère, ayant la paternité du succès de la Renault Espace en France et dans le monde.

Vincent Bolloré : On lui a dit, comme dans le petit Prince : "Philippe, dessine-nous une voiture". Il nous a dessiné une voiture, on y a mis notre batterie et on a regardé ce que cela donnait...