Interview
Frédéric Anton un sociétaire dans les étoiles

Frédéric Anton un sociétaire dans les étoiles

Chef triplement étoilé et Meilleur Ouvrier de France Frédéric Anton se définit comme un amoureux des belles choses. Interview exclusive avec ce client sociétaire de la Caisse d'Epargne Ile-de-France.

 

Dans son bureau vitré face aux cuisines du Pré Catelan, de nombreux livres sont rangés sur plusieurs étagères : des livres de cuisine bien évidemment - dont le fameux Ginette Mathiot* - côtoient des guides touristiques et... la série des "Bescherelle". C'est là que Frédéric Anton nous a reçus pour répondre à nos questions, tout en jetant un œil sur ses équipes.
 
Une trajectoire étoilée
 
Originaire des Vosges, Fréderic Anton choisit d'entrer en apprentissage dès la classe de 5e. Pendant ses loisirs, il bricole avec son père dans son garage, il est attiré par un métier manuel, qui lui permet de transformer la matière : l'ébénisterie. Mais dans les Vosges, pays de forêts, il y a de nombreux menuisiers, très peu d'ébénistes, donc peu de débouchés. Il pense alors à la cuisine même si, ayant grandi aux côtés d'une mère bonne cuisinière, il considère qu'il s'agit d'un métier de femme.
 
Frédéric Anton part à l'école hôtelière de Gerardmer : "J'ai découvert qu'un cuisinier pouvait transformer la matière, comme le fait un ébéniste pour le bois, et c'est ce qui m'a tout de suite plu", précise-t-il. Il fait ses classes auprès des grands chefs étoilés : en 1984 à Nancy chez Gérard Veissière, à Lille chez Robert Bardot, puis à Reims chez Gérard Boyer. Il passe ensuite sept années avec Joël Robuchon. Il se voit confier en 1997 les cuisines du Pré Catelan, prestigieux restauran s'appelle t au cœur du Bois de Boulogne où officiait le pâtissier Gaston Lenôtre.
 
Les succès s'enchaînent rapidement : une deuxième étoile en 1999, le titre de Meilleur Ouvrier de France en 2000 à l'âge de 36 ans et une troisième étoile en 2007 pour couronner le travail et le talent de ce chef de 43 ans.
 
Son secret ? "J'ai toujours été guidé par la même règle : je devais être le meilleur à mon niveau, le meilleur commis, le meilleur chef de partie...", révèle ce bosseur infatigable. Pour ceux qui souhaitent s'orienter vers ce métier, Frédéric Anton conseille de "connaître les bases, travailler avec régularité et surtout aimer ce que l'on fait. Et savoir se remettre en question." 
 
La télévision,un nouveau métier
 
Deux chaînes de télévision réalisent pour une émission culinaire un casting auprès d'une centaine de chefs étoilés : Frédéric Anton est sélectionné pour Top Chef mais décline la proposition pour rejoindre Masterchef car il est davantage séduit par le concept du concours de cuisinier amateur. En 2010, il devient juré aux côtés d'Yves Camdeborde et Sébastien Demorand pendant 3 saisons, jury complété par Amandine Chaignot à la 4e saison. 
 
Plutôt discret et timide de nature, il ne s'attend pas à une telle notoriété du jour au lendemain : l'émission est régulièrement suivie par plus de 4 millions - près de 7 millions pour la finale - de télespectateurs ! Selon lui, "si l'émission a remporté un grand succès, c'est parce que nous n'avons pas joué un rôle mais nous sommes restés nous-mêmes, à l'écoute des candidats avec qui nous avons noué des liens tout au long d'une saison". 
Un des meilleurs souvenirs de cette aventure, c'est d'avoir pu voler avec la Patrouille de France. 
Et le pire ? Avoir pris 15 kg à chaque saison, à perdre impérativement avant le début de la suivante !
 
Masterchef a réussi à remettre la gastronomie au goût du jour, susciter un intérêt notamment auprès des jeunes et oublier la "malbouffe". L'émission a également montré que la cuisine est un vrai métier, un métier dur, qui ne s'improvise pas mais nécessite beaucoup de travail.
 
S'il a quitté Masterchef, c'est pour se consacrer à son métier de cuisinier : car Frédéric Anton se veut un artisan (dans la création et la transmission de son savoir) mais aussi un chef d'entreprise (dans le management de ses équipes et la gestion d'une affaire). Et aussi parce qu'il fourmille d'idées et de projets... • AD